J'achèteJe rénoveJe vends

DPE : comment calculer l’étiquette énergie d’une maison ?

Faites le test :
estimez votre DPE*

À partir d’une simple adresse, obtenez :

  • une estimation de votre étiquette énergie actuelle
  • le coût d’une rénovation énergétique globale,
  • la plus-value attendue,
  • les économies sur vos factures,
  • les aides mobilisables.

 

*Outil gratuit disponible pour les maisons individuelles situées en France métropolitaine

Intégrée au DPE (Diagnostic de Performance Énergétique), l’étiquette énergie est un indicateur qui permet d’évaluer la consommation énergétique annuelle moyenne et les performances environnementales d’une maison, d’un appartement, ou d’un bien immobilier. Mais de quoi s’agit-il exactement ? Comment la calculer ? En quoi est-elle utile et comment l’améliorer ? Nous avons tout décrypté pour vous !

L’étiquette énergie, c’est quoi ?

Synthèse visuelle du DPE, l’étiquette énergie classe les logements en 7 notes (réparties de A à G) selon leur consommation énergétique et leurs émissions de CO2. Ces lettres permettent de juger de la performance ou au contraire de l’inefficacité énergétique d’un bâtiment.

Les biens notés A sont les plus économes et les plus respectueux de l’environnement, et les biens notés G sont les plus énergivores et les plus pollueurs.

La consommation d’énergie primaire* s’exprime par an, en Kwh et au m². Le taux d’émissions de gaz à effet de serre est mesuré en kg CO2/m²/an.

info

Bon à savoir :

Jusqu’au 30 juin 2021, l’étiquette énergie et l’étiquette climat faisaient l’objet de deux étiquettes distinctes. Depuis le 1er juillet, avec l’entrée en vigueur du nouveau DPE, ces deux étiquettes ont fusionné. En d’autres termes, l’étiquette énergie dépend à la fois de la consommation d’énergie primaire et des émissions de CO2 du logement. La plus mauvaise note parmi ce double seuil permet d’attribuer une lettre DPE. On peut donc dire que les performances environnementales des bâtiments sont dorénavant pleinement intégrées à l’étiquette énergie.

* Énergie primaire : énergie initiale d’un produit qui n’a subi aucun processus de transformation (les ressources primaires sont généralement directement présentes dans la nature). L’énergie primaire est à distinguer de l’énergie finale, qui est celle qui arrive sur le point de consommation (prête à consommer), et qui est facturée au consommateur.

Les différentes étiquettes énergie et les seuils associés

Depuis le 1er juillet 2021, les étiquettes énergie respectent les seuils suivants :

Etiquette énergieConsommation énergétique en kWh/m²/anEmissions de gaz à effet de serre en kg CO2/m²/anPerformance énergétique
Lettre A< 70< 6Excellente
Lettre B70 à 1106 à 11Très bonne
Lettre C110 à 18011 à 30Bonne
Lettre D180 à 25030 à 50Moyenne
Lettre E250 à 33050 à 70Faible
Lettre F330 à 42070 à 100Mauvaise
Lettre G> 420> 100Très mauvaise

En France, la consommation énergétique moyenne des logements est de 250 kWh/m²/an, ce qui correspond à une étiquette énergie E. Les bâtiments à étiquette énergie F et G sont qualifiés de passoires thermiques.

Comment est calculée l’étiquette énergie ?

La méthode 3CL, ou méthode conventionnelle

Une règlementation encadre la réalisation du diagnostic de performance énergétique. La méthode de calcul utilisée pour déterminer le niveau de consommation énergétique est la méthode conventionnelle, ou 3CL (« Calcul de la Consommation Conventionnelle des logements »). Mise en place en 2006, elle consiste en une analyse du bâti et de ses caractéristiques intrinsèques (isolation, surfaces vitrées, équipement de chauffage et de production d’eau chaude sanitaire). La méthode 3CL exclut de l’équation les habitudes de consommation réelles des occupants, qu’elle remplace par un scénario type.

Application d’un scénario type

Un scénario hypothétique type est appliqué pour obtenir la consommation énergétique théorique. Utilisé sur tous les logements, ce scénario permet de les comparer entre eux et de supprimer les biais liés aux usages de chaque foyer. La consommation « type » prise en compte est celle d’un foyer « moyen » (usage moyen et occupation moyennne), qui n’est ni gourmand en énergie, ni économe ! Le scénario utilisé est le suivant :

  1. Une occupation journalière du logement de 16h en semaine (de minuit à 10h et de 18h à minuit) et une occupation continue le weekend
  2. Une période d’absence de deux semaines en période estivale et d’une semaine en plein hiver
  3. Une température intérieure de 19°C le jour, et de 17°C la nuit
  4. Des données climatiques moyennes, calculées en fonction de celles enregistrées dans le département lors des 30 dernières années. Ces données sont ajustées en fonction de l’altitude et de la distance par rapport au littoral.
  5. L’énergie nécessaire pour chauffer l’eau est calculée en fonction de la surface habitable et du taux d’occupation. Le taux d’occupation dépend de la taille du bâtiment.
info

Bon à savoir :

Jusqu’à encore récemment, une seconde méthode de calcul de l’étiquette énergie était parfois utilisée, la méthode dite « sur factures ». Basée sur l’usage du foyer et donc sur l’énergie effectivement consommée, elle consistait en une analyse des factures des 3 dernières années. Toutefois, cette méthode sujette à controverse a été abandonnée en juillet 2021.

L’étiquette énergie : par qui ?

L’étiquette énergie fait partie des éléments inclus dans le Diagnostic de Performance Énergétique. Ce dernier doit être réalisé par un diagnostiqueur professionnel, qui doit obligatoirement :

  • disposer des compétences requises. Il doit notamment avoir obtenir sa certification auprès du COFRAC (le Comité Français d’Accréditation), qui l’autorise à réaliser les diagnostics pour une durée de 5 ans.
  • disposer d’une assurance responsabilité civile professionnelle. Cette dernière est imposée à tous les professionnels du bâtiment.
  • n’avoir « aucun lien de nature à porter atteinte à son impartialité et à son indépendance». Par exemple, il ne peut pas s’agir d’un proche du vendeur, sans quoi son impartialité serait remise en question.
info

Bon à savoir :

Le diagnostiqueur a l’obligation légale de vous remettre une attestation sur l’honneur par laquelle il garantit respecter les points évoqués ci-dessus. N’hésitez donc pas à lui demander de vous la fournir en amont de son intervention.

Pour vous orienter vers les bons professionnels, le ministère de la transition écologique et solidaire met à votre disposition un annuaire des diagnostiqueurs immobiliers certifiés .

Si vous souhaitez avoir une première idée de l’étiquette énergie de votre maison sans pour autant réaliser un DPE, certains simulateurs en ligne permettent d’obtenir une estimation en quelques clics.

Coût et durée de validité du DPE

Le DPE est valide pour une durée de 10 ans. Ses tarifs ne sont pas règlementés. En d’autres termes, ils peuvent varier en fonction des professionnels et de la zone géographique. Dans les régions dans lesquelles la concurrence entre les diagnostiqueurs est forte (par exemple en région parisienne), les prix sont tirés vers le bas.

Le tableau ci-dessous est donné à titre indicatif. Il s’agit d’une moyenne des prix pratiqués par plusieurs diagnostiqueurs en France.

DPEAppartementMaison
Coût pour un studio95 €
Coût pour un 3 pièces110 €110 €
Coût pour un 5 pièces120 €130 €

L’étiquette énergie : obligatoire pour toute transaction immobilière ou mise en location

Le DPE (Diagnostic de Performance Energétique) fait partie des diagnostics techniques obligatoires aux côtés des diagnostics amiante, plomb, carrez, termites, etc. Ce document officiel doit donc nécessairement être fourni avant la mise en vente ou en location d’un logement. Cet impératif s’applique à tous les types de biens : appartements, maisons, dans le neuf ou dans l’ancien. Le DPE donne des indications sur :

  • Le niveau de confort d’été d’un logement ;
  • Les déperditions de chaleur ;
  • Les performances de l’isolation ;
  • Le système de ventilation ;
  • Les bons gestes à adopter : usage, gestion et entretien des équipements ;
  • Les travaux à réaliser pour améliorer l’étiquette énergie.

Il vise donc à informer les acquéreurs et locataires sur la performance énergétique d’un logement et sur les dépenses à prévoir, mais ce n’est pas tout ! Depuis le 1er juillet 2022, ce document a gagné en importance puisqu’il est devenu juridiquement opposable. En cas d’erreur sur le diagnostic, l’acheteur ou le locataire trompé peut se retourner contre le vendeur et obtenir une compensation financière.

info

Bon à savoir :
Selon une étude réalisée par OpinionWay pour le compte de se loger (2021), 80 % des acquéreurs s’informent sur la classe énergie d’un bien immobilier avant de le visiter, et 23 % seraient prêts à renoncer à une visite si le DPE ne leur convenait pas !

L’étiquette énergie : également utile pour les propriétaires

Au-delà de son caractère obligatoire, l’étiquette énergie est surtout très utile pour les propriétaires.

Utile pour votre porte-monnaie

Plus l’étiquette énergie d’un logement est bonne, plus les factures énergétiques sont faibles. Plus l’étiquette énergie est mauvaise, plus vos factures seront salées ! L’étiquette énergie est donc un indicateur à prendre en compte avant d’acheter ou de louer.

Utile pour votre patrimoine

C’est désormais prouvé : la classe énergie a un réel impact sur la valeur d’un bien immobilier. Elle peut donc vous faire gagner beaucoup d’argent. Les notaires de France estiment qu’une maison économe en énergie peut se vendre 20 % plus cher que son équivalent énergivore ! On parle de valeur verte.

Cette tendance va probablement s’accentuer dans les années à venir suite aux dernières mesures législatives qui ont été adoptées. En effet, être propriétaire d’une passoire thermique ira de pair avec un certain nombre de contraintes toujours plus lourdes (interdiction d’augmenter le loyer puis interdiction de mise en location).

Utile pour la planète

Vivre dans un bâtiment à basse consommation énergétique évite de gaspiller de l’électricité, et préserve ainsi les ressources !

Comment améliorer l’étiquette énergie de son logement ?

Vous aimeriez améliorer les performances énergétiques de votre habitation ? C’est possible. Vous pourrez opter pour quelques travaux d’optimisation thermique, ou pour une rénovation plus globale et ambitieuse. Sachez que de nombreuses aides financières existent pour vous aider à financer ces travaux.

Les travaux d’isolation

L’amélioration de l’étiquette énergie passe presque systématiquement part des travaux d’isolation. Ces derniers sont importants pour limiter les déperditions de chaleur en hiver et de fraîcheur en été. L’isolation peut concerner plus éléments :

  • Les parois intérieures et extérieures ;
  • Les combles, aménagés ou non ;
  • Le plancher ;
  • La toiture ;
  • Les encadrements des menuiseries.

L’installation de portes et fenêtre à double ou triple vitrage

Pour compléter votre isolation, vous pouvez également remplacer vos fenêtres en privilégiant le double ou le triple vitrage.

L’installation d’un système d’eau chaude sanitaire et de chauffage plus performant

Après avoir réalisé les travaux précédemment évoqués, vous pourrez opter pour une installation de chauffage et d’eau chaude sanitaire plus moderne et performante. Les nouveaux équipements doivent être dimensionnés selon les besoins de votre logement après rénovation. En effet, maintenir une température intérieure correcte dans un bâtiment à basse consommation énergétique nécessite moins d’énergie que de chauffer une passoire thermique.

Pour obtenir un résultat encore meilleur, vous pouvez installer des thermostats ou un programmateur de chauffage. Ces solutions permettent de réguler la température intérieure de votre logement en fonction des pièces, et d’ainsi réduire vos factures d’énergie. Vous pouvez également réaliser des travaux de calorifugeage thermique, qui correspondent à une isolation des tuyaux et des canalisations d’eau et de chauffage. Ils permettent de réduire les déperditions de chaleur.

Ne négligez pas la ventilation !

Enfin, n’oubliez pas de prévoir un système de ventilation efficace. Sans ce dernier, des problèmes d’humidité pourraient apparaître et compromettre l’efficacité des travaux réalisés.

Ces articles pourraient également vous intéresser
Tags: J'achète, Je rénove, Je vends
Vendre avant d’acheter ou acheter avant de vendre ?
Audit énergétique : quelle utilité ?

Besoin d’un DPE ? Demandez votre devis. 📜