Je rénoveNos logements demain

Quand la rénovation énergétique déçoit : le paradoxe de l’effet rebond

Les travaux de rénovation énergétique ne conduisent pas toujours aux économies escomptées. Les gains d’efficacité peuvent même, paradoxalement, pousser à une surconsommation d’énergie, si l’on n’adopte pas le bon comportement. C’est le principe de « l’effet rebond » ou « paradoxe de Jevons ». L’effet rebond pourrait réduire les économies d’énergie de 5 à 50 %. De quoi s’agit-il et comment le limiter ? Explications.

Rénovation énergétique : des écarts entre résultats attendus et réalité

Le secteur résidentiel-tertiaire est le deuxième plus gros émetteur de CO2 en France. Face à ce constat, l’amélioration de l’efficacité énergétique des bâtiments est un enjeu politique majeur dans la lutte contre le changement climatique. L’objectif ? Rendre le parc immobilier entièrement économe en énergie à horizon 2050.

En théorie, transformer des logements en bâtiments économes en énergie est possible, en réalisant les bons travaux. Isolation des combles, de la toiture et des parois, remplacement des équipements les plus énergivores, changement des fenêtres, bonne ventilation, ces gestes n’ont de secret pour personne. Pourtant, un fossé existe parfois entre les objectifs et la réalité. Et pour cause, une variable est souvent oubliée : le comportement des ménages, qui limite les économies d’énergie attendues. C’est ce qu’on appelle l’effet rebond.

Quand améliorer l’efficacité énergétique modifie les comportements … Et nous fait consommer plus !

Plus une ressource est abondante, moins elle coûte cher, et plus elle est consommée. C’est tout le paradoxe de l’efficacité énergétique

Quand une ressource est rare et coûte cher, cela induit un « effet de sobriété » subi, qui correspond à une limitation de sa consommation. Par exemple, les familles en situation de précarité énergétique qui ne disposent pas de revenus suffisants pour se chauffer réduisent leurs dépenses en surveillant attentivement leur thermomètre. Ils doivent choisir entre manger et se chauffer. Pour ces ménages, l’énergie, bien que nécessaire, est trop coûteuse pour être utilisée dans des proportions normales. C’est ce qui les pousse à limiter volontairement leur consommation, au détriment de leur confort.

On considère d’ailleurs que les premières unités consommées d’une ressource sont souvent les plus utiles. L’utilité est ensuite décroissante. Cette variation d’utilité à chaque nouvelle unité d’une ressource consommée est appelée « utilité marginale ».

Pour mieux illustrer ce concept, prenons l’exemple de l’eau. Boire est un besoin vital. Ainsi, le premier verre d’eau est d’une grande utilité lorsqu’on a soif. Toutefois, le second le sera moins. Ainsi, plus l’eau est abondante et abordable, plus sa valeur diminue, et plus la demande augmente. On ne l’utilise plus pour survivre mais pour remplir la piscine, arroser les plantes, etc. Cela conduit à une situation de surconsommation.

La consommation énergétique suit le même principe que l’eau. Plus l’efficacité énergétique est élevée, moins l’énergie coûte cher. Elle va par conséquent être plus demandée et plus consommée, pour le même prix qu’auparavant. Pour résumer, plus le progrès technique rend la consommation d’une ressource efficace, plus la demande pour cette même ressource augmente.

Le paradoxe de l'effet rebond en rénovation énergétique

Les différentes formes d’effet rebond

L’effet rebond prend différentes formes. On distingue les effets rebonds directs des effets rebonds indirects.

Les effets rebonds directs

Parmi les effets rebonds directs, on distingue :

  • L’effet d’usage: la baisse de prix d’une ressource en augmente la consommation : « Je paye moins cher en électricité. Je consomme donc plus d’électricité, et mes factures ne baissent pas autant que je l’aurais souhaité ».
  • L’effet de substitution: lorsque le prix d’un bien ou d’un service augmente et devient plus cher que d’autres ressources qui lui sont substituables, le consommateur se tourne plus facilement vers les biens dont les prix sont plus bas. Par exemple, si se chauffer coûte trop cher, les ménages trouveront des solutions alternatives, comme s’habiller chaudement. Au contraire, si des travaux sont réalisés et que le coût du chauffage diminue, ce même foyer augmentera la température intérieure de son logement.

Les effets rebonds indirects

Les effets rebonds indirects regroupent quant à eux :

  • L’effet d’énergie grise (ou énergie intrinsèque). L’énergie grise correspond à l’énergie nécessaire pour produire, transformer, fabriquer, entretenir ou encore recycler un équipement. C’est donc la quantité d’énergie consommée tout au long du cycle de vie d’un produit ou matériau. Par exemple, remplacer un réfrigérateur fonctionnel par un nouveau réfrigérateur doté d’une bonne étiquette énergie n’est pas forcément une bonne opération, puisque le coût en ressources sera très élevé. L’effet d’énergie grise est encore plus important aujourd’hui en raison de l’obsolescence programmée des appareils, qui nous conduit à les remplacer régulièrement.
  • L’effet de revenus: ce dernier considère que les économies réalisées sur la facture énergétique sont dépensées dans d’autres biens ou services. Ainsi, l’augmentation du pouvoir d’achat obtenue finance d’autres produits ou services, parfois plus énergivores (comme un billet d’avion).

Mis bout à bout, ces différents effets rebonds conduisent souvent à une augmentation des émissions malgré les progrès technologiques réalisés. Les gains environnementaux sont pénalisés par l’augmentation des usages.

Le Conseil d’analyse stratégique, à l’origine du rapport « Comment limiter l’effet rebond des politiques d’efficacité énergétique dans le logement ? » estime d’ailleurs que « la moitié de la consommation énergétique du logement dépend des caractéristiques techniques du logement (isolation, efficacité du bâtiment et de l’appareillage) et que l’autre moitié dépend des comportements de consommation

Comment limiter l’effet rebond et réaliser une rénovation énergétique efficace ?

Limiter l’effet rebond est loin d’être mission impossible. Pour y parvenir, il est essentiel de compléter le progrès technique par une modification des comportements humains. Il faut notamment réussir à les rendre plus sobres pour aboutir à de réelles économies d’énergie. Cela passe notamment par une optimisation de nos consommations (limitation du gaspillage et des pertes énergétiques) et par la diminution de nos besoins en énergie. Un travail d’évangélisation et d’incitation comportementale est donc nécessaire. Plusieurs outils peuvent être utilisés :

  • Des outils de mesure et le suivi des consommations d’énergie avant et après travaux (monitoring). Les données qui en découlent doivent conduire à une prise de conscience des ménages sur l’évolution de leur consommation, et in fine conduire aux économies souhaitées.
  • Des documents de sensibilisation à l’effet rebond à l’issue des chantiers de rénovation énergétique. Cela peut passer par une mise en avant des consommations énergétiques et des économies attendues si le comportement du foyer n’évolue pas. Les consommations peuvent également être comparées avec un foyer économe de taille identique.
  • Des concours locaux récompensant les bonnes pratiques (villages, immeubles, quartiers, familles les plus économes).
  • Des campagnes d’information et de sensibilisation de la population à aux différents besoins. L’association NégaWatt classe par exemple ces besoins en fonction de leur degré d’importance : vital, nécessaire, superflu, ou nuisible. Les reconnaître permettrait de les prioriser pour in fine s’orienter vers des modes de vie plus sobres.

Vous l’aurez donc compris, réaliser des travaux constitue une bonne base pour limiter l’impact environnemental de son logement et réussir sa transition énergétique. Pour transformer l’essai, adapter son mode de vie est toutefois essentiel.

info

Pour aller plus loin : comprendre l’origine de l’effet rebond

L’effet rebond (ou « rebound effect ») a été mis en évidence au XIXème siècle par l’économiste anglais Stanley JEVONS dans un contexte d’épuisement rapide des gisements de charbon. A cette époque, un nouveau modèle de machine a vapeur venait d’être introduit, et proposait un meilleur rendement que les précédentes. Toutefois, Stanley constate que la consommation de charbon n’a pas diminué suite à l’adoption de cette machine, mais augmenté. En effet, son efficacité était si bonne que son utilisation a été généralisée, augmentant la consommation totale de charbon dans le pays. En 1980, deux autres économistes (Daniel Khazzoom et Leonard Brookes) constatent que les améliorations de l’efficacité énergétique peuvent conduire à de plus hauts niveaux de consommation d’énergie au niveau macro-économique. Une théorie économique qui, en 1992, sera reprise par Harry Saunders dans son ouvrage : « The Khazzoom-Brookes postulate and neoclassical growth » (le postulat de Khazzoom-Brookes).

Ce article pourrait également vous intéresser
Tags: Je rénove, Nos logements demain
Évolution des primes coup de pouce au 1er juillet 2021 : clap de fin pour l’isolation à 1 € !
DPE : comment calculer l’étiquette énergie d’une maison ?

Une question ? Immofix vous accompagne dans vos travaux 🏡

Votre projet
Sélectionner une option
E-mail *
Veuillez saisir une adresse e-mail valide.
Numéro de téléphone *
Vous devez remplir ce champ
Vous devez accepter les conditions pour continuer
Menu