le-credit-score-aux-usa-pour-obtenir-son-pret-bancaire.img

Le Credit Score aux USA pour obtenir son prêt bancaire

9 avril 2019


Si les systèmes d’obtention de crédits bancaires sont différents d’une culture à l’autre et que le modèle français est bien loin d’être universel, la méthode américaine du scoring tire son épingle du jeu et a de l’influence en Europe (notamment en Europe du nord), en Inde, en Australie et en Afrique du sud.

Plusieurs questions se posent alors : qu’est-ce que le Credit Score, comment est-il calculé et utilisé au quotidien, et quels sont ses avantages et inconvénients par rapport au système français ? Explications.

Principe du “Credit Score”

Aux Etats-Unis, chaque résidant possédant un numéro de sécurité sociale (SSN : Social Security Number) est automatiquement soumis à une évaluation de sa gestion budgétaire quotidienne. Cette évaluation se traduit par l’attribution d’une note basée sur différents critères : analyse du paiement des factures, des délais de paiements, remboursement des dettes, etc. Cette note permet aux banques et établissements prêteurs d’estimer le risque qu’ils prennent en finançant chaque projet. Plus la note est élevée, plus ils seront susceptibles d’accorder des conditions avantageuses.

Un bon Credit Score est donc nécessaire pour l’obtention d’un crédit et facilite les transactions quotidiennes : accès à de meilleurs taux d’intérêt et conditions d’assurance, obtention d’une meilleure carte de crédit, ou encore possibilité d’ouvrir une ligne téléphonique en limitant les frais de caution (cette dernière peut atteindre 1000$ pour quelqu’un dont le Credit Score est insuffisant).

Méthode de calcul

Aux USA, il existe trois agences de gestion des Credit Scores : Equifax, Transunion et Experian.

Toutes trois utilisent les systèmes de notation de la société californienne Fico, bien que la note finale varie parfois de quelques points selon l’agence évaluatrice. Même si les détails exacts du système de calcul de la note ne sont pas connus, les éléments pris en compte peuvent être répartis de la sorte :

Critères pris en compte dans le calcul du Credit Score aux USA
  • 35 % du Credit Score est fondé sur les historiques de paiements : jusqu’à aujourd’hui, l’individu a-t-il été constant dans ses paiements et payé ses factures et crédits à temps ? Les paiements tardifs peuvent influencer négativement le score.
  • 30 % de la note est déterminée par la façon dont les crédits accordés sont utilisés. Si leur plafond n’est pas atteint, cela se ressentira positivement sur le Credit Score. À l’inverse, profiter régulièrement du maximum autorisé par sa banque aura tendance à impacter négativement la note obtenue.
  • 15 % du scoring se base sur l’ancienneté de l’historique de crédit (ou “credit history”). Les établissements prêteurs seront rassurés si le compte bancaire de l’emprunteur a été ouvert il y a plusieurs années et s’il y a déjà des crédits souscrits : cela leur permet d’analyser la façon dont la personne gère ses comptes sur le long terme. Il sera en revanche plus difficile pour eux d’évaluer le comportement bancaire  d’un individu dont le compte a été ouvert récemment.
  • 10 % du Credit Score est calculé en fonction du nombre de crédits en cours et de leur type : crédits à la consommation, crédits immobilier ou autres (prêt auto, prêt étudiant, prêt travaux, etc.). L’idéal est d’en avoir quelques uns … Mais pas trop !
  • 10 % de la note se fonde sur les nouveaux crédits, c’est-à-dire ceux auxquels la personne a récemment souscrit. S’ils sont trop nombreux, cela signifie qu’elle risque d’être endettée prochainement : il s’agit donc d’un risque pour les établissements prêteurs. Le score aura ainsi tendance à diminuer.

Les différentes notes de scoring

Les notes de scoring vont généralement de 300 à 900 points, selon les agences, la moyenne américaine se situant à 720.

Selon la note, les créditeurs seront en mesure de déterminer la qualité du profil financier de l’emprunteur.

Répartition des habitants américains en fonction de leur Credit Score

Plus la note est élevée, plus il est facile d’obtenir des crédits et des conditions avantageuses, plus elle est basse, plus la requête est compliquée.

Construire son historique de crédit (credit history)

Pour avoir le meilleur Credit Score possible, il est nécessaire de construire son historique de crédit (credit history).

Mais attention, il ne faut pas pour autant vivre à crédit. S’il est nécessaire d’avoir un historique de crédit pour obtenir un crédit, cela signifie qu’il faut paradoxalement avoir déjà obtenu un ou plusieurs crédit(s). Il existe donc plusieurs moyens de commencer :

  • Ouvrir une ligne de crédit d’un montant égal à une somme placée sur un compte épargne et qui servira à garantir votre crédit.
  • Une carte avec une ligne de crédit est accordée en échange du montant similaire, consigné sur un compte, qui sert de garantie.
  • Être cosignataire sur la carte de crédit d’une autre personne. Attention, la responsabilité de remboursement sera alors partagée entre les deux utilisateurs autorisés.

L’utilité du rapport de crédit (credit report)

Pour les particuliers qui souhaitent connaître leur Credit Score, un credit report, ou rapport de crédit, peut être demandé une fois par an dans chacune des 3 agences de Credit Scores (Equifax, Transunion et Experian).

Il s’agit d’un document dans lequel on retrouve toutes les informations concernant une personne : factures, historique des paiements, dettes, informations financières diverses, mais aussi lieu de travail, d’habitation, et les informations concernant de potentielles arrestations, poursuites judiciaires ou faillites.

L’idéal est de demander tous les 4 mois son rapport à un organisme différent pour garder un œil sur l’évolution de son score. Cela permet d’ajuster certains paramètres lorsque cela est possible

Mais ce sont aux prêteurs et professionnels que le rapport de crédit va le plus servir. Le « credit report » est utile dans de nombreux cas, que ce soit pour accorder un logement, octroyer un crédit, fixer un taux d’intérêt, ou encore embaucher une personne.

Le Credit Score, avantages et inconvénients

Au moment de votre demande de crédit et contrairement au système français, on ne vous demandera ni votre âge, ni votre statut matrimonial, ni votre lieu d’habitation, ni votre profession. Au même titre, vos revenus, votre type de contrat de travail et les taux d’intérêt appliqués sur vos dettes (actuelles ou passées) ne vous seront pas demandés et n’auront pas d’impact dans le calcul de votre Credit Score. Le système de scoring américain se concentre donc sur la gestion quotidienne du budget et non pas sur les seuls revenus et autres garanties.

Le Credit Score aux USA a un fonctionnement impartial, équitable et impersonnel, ne laissant pas de place au favoritisme. Il permet aux établissements bancaires un gain de temps conséquent et aux particuliers de voir les délais de réponse fortement réduits. Le Credit Score permet de se situer et de s’améliorer pour débloquer ses accès. Il revêt aussi de l’égalité des chances face au crédit, en ne s’en tenant pas aux seuls revenus réguliers ou à la situation professionnelle des individus. Au contraire, il se focalise sur la gestion des comptes, régulant ainsi les accès au crédit selon le comportement de chacun, là où en France ce sont les revenus et la situation sociale et professionnelle qui entrent en jeu.

Toutefois, il est à noter que la méthode de calcul du scoring semble pousser les américains à l’endettement. Ainsi, selon les chiffres publiés par la Banque de France, le taux d’endettement des américains est supérieur au taux d’endettement des ménages français. Il s’élève à 132,1 % du Revenu Disponible Brut pour les américains contre 93,2 % pour les français (le Revenu Disponible Brut correspond à ce qu’il reste chaque mois après avoir payé ses impôts, cotisations, et reçu ses aides sociales).

De plus, l’utilisation du Credit Score implique l’obtention et le stockage de nombreuses données personnelles. En Europe, grâce au RGPD, les citoyens sont relativement protégés face à ce type de pratiques. La mise en place d’une telle méthode nécessiterait d’obtenir au préalable le consentement de chaque individu.